Partenariat 1616 Belgium et TCM

Partenariat 1616 Belgium et TCM

1616.be a construit un impressionnant réseau d’entrepreneurs belges qualifiés qui s’occupent de travaux de rénovation et de construction.

​LA FACTURE CORONA. Quelques points à prendre en compte dans votre processus de recouvrement pour limiter les factures impayées pendant la covid-19.

clauses abusives

De Tijd écrit que la facture corona est passée à plus de 20 milliards pour le gouvernement. Comment pouvez-vous vous assurer que vos factures impayées ne s’accumulent pas pendant Corona ? Nous énumérons six points qui peuvent faire la différence dans votre processus de recouvrement.

 

  1. Le contact avec les débiteurs est essentiel

En fait, il est toujours extrêmement important de rester en contact avec vos débiteurs, mais c’est encore plus le cas en période d’incertitude.

Assurez-vous donc de toujours disposer des coordonnées directes de vos clients (numéro de téléphone, numéro de portable, adresse e-mail, adresse de livraison, etc.). De cette façon, vous avez une meilleure chance de les atteindre et ils sont moins susceptibles de disparaître du radar.

De plus, votre débiteur a probablement aussi beaucoup de travail et votre facture impayée ne disparaîtra pas au bas de la pile si vous gardez le contact.

Vous trouverez des conseils pour une conversation téléphonique productive avec les débiteurs dans un article précédent.

 

  1. Tenez compte de la date de la facture

Lorsque la date de facturation est (bien) antérieure à la période corona, il est difficile pour les débiteurs de citer cela comme un argument valable de non-paiement.

Bien sûr, la covid-19 n’aura sans doute pas favorisé la situation de ces débiteurs, mais l’origine du problème est plus ancienne et donc plus dangereuse. Ce sont les créances et les débiteurs que vous devez surveiller.

Alors, voyez l’essence même du problème de paiement avec le débiteur et analysez les solutions proactives possibles avec lui. Que peut garantir une solution amiable ? Le cas échéant, évoquez une possible subvention publique, car le but ultime est de pouvoir payer les factures fournisseurs avec cette subvention.

 

  1. Soyez ouvert à un plan de paiement, mais prenez le taureau par les cornes

Le plan de paiement reste une option intéressante, en fonction des conditions convenues.

La covid-19 a mis de nombreux secteurs dans une position très délicate. Alors ne mettez pas tous vos œufs dans des solutions qui ne produiront d’effet que sur le long terme. Nous ne savons pas quels débiteurs résisteront à cette tempête.

Nous demandons toujours aux débiteurs de commencer les plans de paiement dans le mois de la demande et de préférence même dans les trois prochains jours ouvrables. Même des paiements infimes sont utiles, ne serait-ce que comme interruption de prescription et comme reconnaissance de dette.

 

  1. Interaction : le débiteur devient fournisseur ?

Et si votre débiteur pouvait être votre fournisseur et rembourser la dette de cette manière ? Être inventif dans son processus commercial pendant cette période ne peut qu’être bénéfique à toutes les parties.

Ce type de solution ne sera évidemment pas possible pour toutes les entreprises / secteurs, mais il encourage la créativité.

 

  1. Focus sur les paiements directs

Dans la mesure du possible, les paiements directs sont bien entendu la solution la plus sûre.

Vérifiez la solvabilité des débiteurs et osez demander le paiement immédiat lorsque la situation est douteuse.

Pour plus d’informations sur la vérification de la solvabilité des entreprises, cliquez ici. Le nouveau Code des Sociétés a également apporté quelques ajustements qui affectent la solvabilité des entreprises.

 

  1. Conditions générales conditionnelles ?

Les conditions générales peuvent devenir conditionnelles si les débiteurs s’engagent pleinement à obtenir une solution amiable.

Par exemple, à compter de la réception d’un premier paiement partiel, les intérêts, conformes aux conditions générales du créancier, peuvent être gelés. De cette manière, le débiteur est déjà encouragé à commencer à effectuer des paiements.

Nous avons souvent mentionné l’importance de bonnes conditions générales de ventes (dont quelques dispositions importantes et autres conditions illégales). Le coronavirus laissera sans aucun doute sa marque sur les clauses futures, notamment en cas de force majeure. Quels sont les cas de force majeure et quelles en sont les conséquences ?

 

Certains signes suggèrent que le deuxième confinement aura un impact moindre sur notre économie que le premier. Des baisses moyennes des ventes de 30% ont été enregistrées en mars et en avril, comparativement à une moyenne de 17% en novembre.

Cela aura sans aucun doute à voir avec une approche gouvernementale différente, mais aussi avec la trajectoire d’apprentissage des entreprises. Les entrepreneurs continuent de se réinventer et mettent tout en œuvre pour survivre.

 

Cependant, prenez en compte une 2021 difficile. Une enquête de De Tijd montre que les entreprises belges ne s’attendent pas à une reprise économique en 2021. Le chiffre d’affaires resterait 12% en dessous du niveau normal.

 

Et même si nous avons tous l’espoir d’un vaccin qui fonctionne bien, nous devrions tout de même perdre quelque 60 000 emplois. Le pouvoir d’achat des consommateurs aussi peut donc baisser fortement, notamment avec une perte potentielle de 5% à 30% de salaire variable.

 

Limiter vos factures impayées à l’aide des points ci-dessus sera donc extrêmement important dans la période à venir.

 

Des questions ?  Contactez-nous !

​LA FACTURE CORONA. Quelques points à prendre en compte dans votre processus de recouvrement pour limiter les factures impayées pendant la covid-19.

clauses abusives

De Tijd écrit que la facture corona est passée à plus de 20 milliards pour le gouvernement. Comment pouvez-vous vous assurer que vos factures impayées ne s’accumulent pas pendant Corona ? Nous énumérons six points qui peuvent faire la différence dans votre processus de recouvrement.

 

  1. Le contact avec les débiteurs est essentiel

En fait, il est toujours extrêmement important de rester en contact avec vos débiteurs, mais c’est encore plus le cas en période d’incertitude.

Assurez-vous donc de toujours disposer des coordonnées directes de vos clients (numéro de téléphone, numéro de portable, adresse e-mail, adresse de livraison, etc.). De cette façon, vous avez une meilleure chance de les atteindre et ils sont moins susceptibles de disparaître du radar.

De plus, votre débiteur a probablement aussi beaucoup de travail et votre facture impayée ne disparaîtra pas au bas de la pile si vous gardez le contact.

Vous trouverez des conseils pour une conversation téléphonique productive avec les débiteurs dans un article précédent.

 

  1. Tenez compte de la date de la facture

Lorsque la date de facturation est (bien) antérieure à la période corona, il est difficile pour les débiteurs de citer cela comme un argument valable de non-paiement.

Bien sûr, la covid-19 n’aura sans doute pas favorisé la situation de ces débiteurs, mais l’origine du problème est plus ancienne et donc plus dangereuse. Ce sont les créances et les débiteurs que vous devez surveiller.

Alors, voyez l’essence même du problème de paiement avec le débiteur et analysez les solutions proactives possibles avec lui. Que peut garantir une solution amiable ? Le cas échéant, évoquez une possible subvention publique, car le but ultime est de pouvoir payer les factures fournisseurs avec cette subvention.

 

  1. Soyez ouvert à un plan de paiement, mais prenez le taureau par les cornes

Le plan de paiement reste une option intéressante, en fonction des conditions convenues.

La covid-19 a mis de nombreux secteurs dans une position très délicate. Alors ne mettez pas tous vos œufs dans des solutions qui ne produiront d’effet que sur le long terme. Nous ne savons pas quels débiteurs résisteront à cette tempête.

Nous demandons toujours aux débiteurs de commencer les plans de paiement dans le mois de la demande et de préférence même dans les trois prochains jours ouvrables. Même des paiements infimes sont utiles, ne serait-ce que comme interruption de prescription et comme reconnaissance de dette.

 

  1. Interaction : le débiteur devient fournisseur ?

Et si votre débiteur pouvait être votre fournisseur et rembourser la dette de cette manière ? Être inventif dans son processus commercial pendant cette période ne peut qu’être bénéfique à toutes les parties.

Ce type de solution ne sera évidemment pas possible pour toutes les entreprises / secteurs, mais il encourage la créativité.

 

  1. Focus sur les paiements directs

Dans la mesure du possible, les paiements directs sont bien entendu la solution la plus sûre.

Vérifiez la solvabilité des débiteurs et osez demander le paiement immédiat lorsque la situation est douteuse.

Pour plus d’informations sur la vérification de la solvabilité des entreprises, cliquez ici. Le nouveau Code des Sociétés a également apporté quelques ajustements qui affectent la solvabilité des entreprises.

 

  1. Conditions générales conditionnelles ?

Les conditions générales peuvent devenir conditionnelles si les débiteurs s’engagent pleinement à obtenir une solution amiable.

Par exemple, à compter de la réception d’un premier paiement partiel, les intérêts, conformes aux conditions générales du créancier, peuvent être gelés. De cette manière, le débiteur est déjà encouragé à commencer à effectuer des paiements.

Nous avons souvent mentionné l’importance de bonnes conditions générales de ventes (dont quelques dispositions importantes et autres conditions illégales). Le coronavirus laissera sans aucun doute sa marque sur les clauses futures, notamment en cas de force majeure. Quels sont les cas de force majeure et quelles en sont les conséquences ?

 

Certains signes suggèrent que le deuxième confinement aura un impact moindre sur notre économie que le premier. Des baisses moyennes des ventes de 30% ont été enregistrées en mars et en avril, comparativement à une moyenne de 17% en novembre.

Cela aura sans aucun doute à voir avec une approche gouvernementale différente, mais aussi avec la trajectoire d’apprentissage des entreprises. Les entrepreneurs continuent de se réinventer et mettent tout en œuvre pour survivre.

 

Cependant, prenez en compte une 2021 difficile. Une enquête de De Tijd montre que les entreprises belges ne s’attendent pas à une reprise économique en 2021. Le chiffre d’affaires resterait 12% en dessous du niveau normal.

 

Et même si nous avons tous l’espoir d’un vaccin qui fonctionne bien, nous devrions tout de même perdre quelque 60 000 emplois. Le pouvoir d’achat des consommateurs aussi peut donc baisser fortement, notamment avec une perte potentielle de 5% à 30% de salaire variable.

 

Limiter vos factures impayées à l’aide des points ci-dessus sera donc extrêmement important dans la période à venir.

 

Des questions ?  Contactez-nous !

Partenariat 1616 Belgium et TCM

Partenariat 1616 Belgium et TCM

1616.be a construit un impressionnant réseau d’entrepreneurs belges qualifiés qui s’occupent de travaux de rénovation et de construction.

N’attendez plus un instant, récupérez votre argent.

Concentrez-vous sur votre business, nous nous chargeons de vos impayés. Contactez-nous pour en savoir plus.

N’attendez plus un instant, récupérez votre argent.

Concentrez-vous sur votre business, nous nous chargeons de vos impayés. Contactez-nous pour en savoir plus.