news

Notre lettre du nouvel an

TCM NEw year letterC’est quelque chose, le début d’une nouvelle année. Des routes désertes dans l’obscurité du matin, bercées par la lumière chaude des lampadaires et par l’idée que l’absence « des autres » signifie qu’ils dorment encore confortablement sous leur couette derrière la façade silencieuse de leur maison. Des bureaux vides dont les attentes pleines d’espoir (autrement dit, les « bonnes résolutions ») n’ont pas encore été balayées ou ensevelies sous une montagne de travail. Même le temps pluvieux des dernières semaines et les baisers collants du Nouvel An ne peuvent pas gâcher l’atmosphère. La majorité d’entre nous avait espéré un peu de neige pour compléter le tableau, tout âge confondu.

 

 

Après tout, c’est la Belgique, au beau milieu d’un changement climatique d’une ampleur mondiale. L’Autriche semble s’être emparée de toute la neige, avec pour conséquence un risque d’avalanches et des véhicules à déneiger. Et dire que nous entendons encore Peter van de Veire espérer un vortex polaire. De « simples » conditions hivernales rigoureuses, en d’autres termes. Ce fut néanmoins un sujet brûlant en 2018, ce réchauffement climatique. L’Indonésie est désormais prise d’assaut par des tsunamis et des séismes. « Nous allons devoir agir main dans la main, le monde est un endroit magnifique mais qui demande beaucoup de soins », avait fredonné Jeroen Meus lors de son émission « Dagelijkse Kost ». Cette chanson pour enfants de Lex Van Tuyl Sr. est plus que jamais d’actualité. Le mois dernier, la ville de Bruxelles a été envahie par 65 000 défenseurs de l’environnement durant la plus grande marche pour le climat jamais organisée en Belgique. Cette attention croissante envers l’impact sur notre environnement se remarque également dans l’augmentation du nombre d’entreprises qui y réagissent. Regardez par exemple notre partenaire Go4Circle, un organisme de coordination pour les entreprises qui privilégient l’économie circulaire et qui encadre pas moins de 220 membres. Outre Go4Circle, TCM entretient également de nombreux autres partenariats avec différentes fédérations.

 

Après tout, c’est la Belgique, mais partout les frontières sont plus ouvertes que jamais, tout en étant soumises à de fortes pressions. La mondialisation engendre d’innombrables possibilités et de très nombreux défis, mais elle amène également les conflits mondiaux jusqu’au pied de notre lit. La valeur de nos bonnes coopérations internationales devient évidente et se fraye un chemin entre le Brexit, le mur de Trump, les flux de migrants, la guerre commerciale, etc. 2018 était à nouveau une année politiquement intense, au cours de laquelle, chez TCM, nous avons consolidé nos liens internationaux avec nos collègues étrangers durant l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue en Argentine en mai 2018.

 

Après tout, c’est la Belgique, mais c’est l’Europe qui tient le sceptre dans le monde juridique. Ou la balance, donc, de Dame Justice. Le 25 mai 2018, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) est entré en vigueur, imposant des obligations supplémentaires en matière de protection de la vie privée et des adaptations informatiques. TCM Belgium avait déjà redoublé d’efforts avant cette date pour garantir la protection de la vie privée (conformément à la loi de 1992 et au code de déontologie de l’organisme de coordination nationale en matière de recouvrement ABR-BVI et de son équivalent international, la FENCA), et a récemment adapté ses systèmes informatiques avancés pour qu’ils s’accordent davantage aux nouvelles directives, avec pour couronner le tout la réussite du test d’intrusion.

 

Après tout, c’est la Belgique, et nous oublions parfois que dans notre pays aussi, la pauvreté (infantile) est bel et bien présente. TCM Belgium travaille avec de très nombreuses écoles et déploie des efforts considérables pour trouver des solutions à l’amiable. TCM travaille également avec les ASBL Welzijnszorg et Project STOS, deux organisations qui luttent contre la pauvreté (infantile). Par ailleurs, nous apportons également notre aide au cabinet de la ministre Crevits au moyen d’informations précises concernant cette problématique très sensible.

 

Et nous restons encore un peu en Belgique, en apprenant aux infos qu’un important client de TCM China, Alibaba, prévoit de construire un centre de distribution à Liège. Ce projet permettra la création de très nombreux emplois, et servira de point d’entrée en Europe pour les marchandises chinoises.

 

Nous sommes reconnaissants d’avoir pu vivre une 25e année (!) professionnellement animée chez TCM. Au fil du temps, nous sommes toujours restés fidèles à nos valeurs d’origine (tout le reste ayant déjà été remanié à un moment donné), et nous nous sommes abstenus cette année encore d’y apporter le moindre changement. Cette approche nous paraît être une évidence, mais elle nous différencie peut-être plus que jamais dans un monde qui a de plus en plus d’attentes et qui semble tourner de plus en plus vite. L’année 2018 aura été marquée par de très nombreux accomplissements dans le domaine informatique, le développement et l’élargissement de notre service Visiteurs, qui est tout à fait unique en Belgique et probablement même dans le monde entier, par la clôture fructueuse de très nombreux dossiers nous ayant été confiés et par la confiance de plus de 1 960 clients actifs. Et nous ne serions pas TCM Belgium si nous regardions déjà (loin) devant nous en attendant impatiemment l’arrivée de 2020, car c’est en effet à nous de recevoir le congrès annuel du réseau mondial de TCM Group à Bruxelles, et de faire découvrir notre pays et nos clients à tous nos collègues étrangers.

 

La deuxième semaine de travail de l’année touche à sa fin, et qui sait, nos concitoyens qui étaient pris en otage par la neige autrichienne auront peut-être réussi à rentrer chez eux durant le temps qu’il vous aura fallu pour lire cette lettre. Comme d’habitude, les routes recommencent déjà à s’engorger, à l’instar des artères de bon nombre de nos compagnons d’infortune après l’overdose de plats servis par des tantes bien intentionnées lors des innombrables festins de ces dernières semaines.

 

Quoi qu’il en soit, l’expression « Thank God its Friday » est maintenant à l’ordre du jour !

Notre lettre du nouvel an

TCM NEw year letterC’est quelque chose, le début d’une nouvelle année. Des routes désertes dans l’obscurité du matin, bercées par la lumière chaude des lampadaires et par l’idée que l’absence « des autres » signifie qu’ils dorment encore confortablement sous leur couette derrière la façade silencieuse de leur maison. Des bureaux vides dont les attentes pleines d’espoir (autrement dit, les « bonnes résolutions ») n’ont pas encore été balayées ou ensevelies sous une montagne de travail. Même le temps pluvieux des dernières semaines et les baisers collants du Nouvel An ne peuvent pas gâcher l’atmosphère. La majorité d’entre nous avait espéré un peu de neige pour compléter le tableau, tout âge confondu.

 

 

Après tout, c’est la Belgique, au beau milieu d’un changement climatique d’une ampleur mondiale. L’Autriche semble s’être emparée de toute la neige, avec pour conséquence un risque d’avalanches et des véhicules à déneiger. Et dire que nous entendons encore Peter van de Veire espérer un vortex polaire. De « simples » conditions hivernales rigoureuses, en d’autres termes. Ce fut néanmoins un sujet brûlant en 2018, ce réchauffement climatique. L’Indonésie est désormais prise d’assaut par des tsunamis et des séismes. « Nous allons devoir agir main dans la main, le monde est un endroit magnifique mais qui demande beaucoup de soins », avait fredonné Jeroen Meus lors de son émission « Dagelijkse Kost ». Cette chanson pour enfants de Lex Van Tuyl Sr. est plus que jamais d’actualité. Le mois dernier, la ville de Bruxelles a été envahie par 65 000 défenseurs de l’environnement durant la plus grande marche pour le climat jamais organisée en Belgique. Cette attention croissante envers l’impact sur notre environnement se remarque également dans l’augmentation du nombre d’entreprises qui y réagissent. Regardez par exemple notre partenaire Go4Circle, un organisme de coordination pour les entreprises qui privilégient l’économie circulaire et qui encadre pas moins de 220 membres. Outre Go4Circle, TCM entretient également de nombreux autres partenariats avec différentes fédérations.

 

Après tout, c’est la Belgique, mais partout les frontières sont plus ouvertes que jamais, tout en étant soumises à de fortes pressions. La mondialisation engendre d’innombrables possibilités et de très nombreux défis, mais elle amène également les conflits mondiaux jusqu’au pied de notre lit. La valeur de nos bonnes coopérations internationales devient évidente et se fraye un chemin entre le Brexit, le mur de Trump, les flux de migrants, la guerre commerciale, etc. 2018 était à nouveau une année politiquement intense, au cours de laquelle, chez TCM, nous avons consolidé nos liens internationaux avec nos collègues étrangers durant l’assemblée générale annuelle qui s’est tenue en Argentine en mai 2018.

 

Après tout, c’est la Belgique, mais c’est l’Europe qui tient le sceptre dans le monde juridique. Ou la balance, donc, de Dame Justice. Le 25 mai 2018, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) est entré en vigueur, imposant des obligations supplémentaires en matière de protection de la vie privée et des adaptations informatiques. TCM Belgium avait déjà redoublé d’efforts avant cette date pour garantir la protection de la vie privée (conformément à la loi de 1992 et au code de déontologie de l’organisme de coordination nationale en matière de recouvrement ABR-BVI et de son équivalent international, la FENCA), et a récemment adapté ses systèmes informatiques avancés pour qu’ils s’accordent davantage aux nouvelles directives, avec pour couronner le tout la réussite du test d’intrusion.

 

Après tout, c’est la Belgique, et nous oublions parfois que dans notre pays aussi, la pauvreté (infantile) est bel et bien présente. TCM Belgium travaille avec de très nombreuses écoles et déploie des efforts considérables pour trouver des solutions à l’amiable. TCM travaille également avec les ASBL Welzijnszorg et Project STOS, deux organisations qui luttent contre la pauvreté (infantile). Par ailleurs, nous apportons également notre aide au cabinet de la ministre Crevits au moyen d’informations précises concernant cette problématique très sensible.

 

Et nous restons encore un peu en Belgique, en apprenant aux infos qu’un important client de TCM China, Alibaba, prévoit de construire un centre de distribution à Liège. Ce projet permettra la création de très nombreux emplois, et servira de point d’entrée en Europe pour les marchandises chinoises.

Nous sommes reconnaissants d’avoir pu vivre une 25e année (!) professionnellement animée chez TCM. Au fil du temps, nous sommes toujours restés fidèles à nos valeurs d’origine (tout le reste ayant déjà été remanié à un moment donné), et nous nous sommes abstenus cette année encore d’y apporter le moindre changement. Cette approche nous paraît être une évidence, mais elle nous différencie peut-être plus que jamais dans un monde qui a de plus en plus d’attentes et qui semble tourner de plus en plus vite. L’année 2018 aura été marquée par de très nombreux accomplissements dans le domaine informatique, le développement et l’élargissement de notre service Visiteurs, qui est tout à fait unique en Belgique et probablement même dans le monde entier, par la clôture fructueuse de très nombreux dossiers nous ayant été confiés et par la confiance de plus de 1 960 clients actifs. Et nous ne serions pas TCM Belgium si nous regardions déjà (loin) devant nous en attendant impatiemment l’arrivée de 2020, car c’est en effet à nous de recevoir le congrès annuel du réseau mondial de TCM Group à Bruxelles, et de faire découvrir notre pays et nos clients à tous nos collègues étrangers.

 

La deuxième semaine de travail de l’année touche à sa fin, et qui sait, nos concitoyens qui étaient pris en otage par la neige autrichienne auront peut-être réussi à rentrer chez eux durant le temps qu’il vous aura fallu pour lire cette lettre. Comme d’habitude, les routes recommencent déjà à s’engorger, à l’instar des artères de bon nombre de nos compagnons d’infortune après l’overdose de plats servis par des tantes bien intentionnées lors des innombrables festins de ces dernières semaines.

 

Quoi qu’il en soit, l’expression « Thank God its Friday » est maintenant à l’ordre du jour !

news