News

Une journée de travail inhabituelle

TCM Belgium était présent au lancement du 6ème rapport du développement durable d’Essenscia.

TCM Belgium a assisté à la présentation du 6ème Rapport sur le développement durable d’Essenscia, l’organisation faîtière de l’industrie belge de la chimie, des plastiques et des sciences du vivant. Je vous entends déjà vous demander ce que fait une agence de recouvrement lors d’un tel événement, le lien n’étant en effet pas très clair. TCM Belgium est en fait partenaire d’Essenscia et sponsor de l’événement. Via ce partenariat, les membres d’Essenscia peuvent bénéficier de nos services à un tarif avantageux.

 

Talent = Durabilité

Le rapport sur le développement durable proposé s’articule autour de 4 thèmes et les conclusions qui en sont ressorties peuvent avoir leur utilité pour tout un chacun. Un deuxième lien, moins évident, entre le rapport d’Essencia et TCM est le thème du  » Talent « , un thème auquel TCM Belgium peut s’identifier rapidement. Il est certain que des employés qualifiés et motivés sont importants dans tous les secteurs, mais pour une entreprise de services telle que la nôtre, la survie de l’entreprise dépend des talents qu’elle attire ou qu’elle perd.

Nous avons besoin de personnes qui travaillent de manière indépendante et constructive. Elles doivent avoir les pieds sur terre, une grande empathie pour les différentes situations (celles du créancier et du débiteur) et être également capables de transmettre un message de manière claire et sans équivoque. En d’autres termes, nous recherchons des personnes très débrouillardes, trouvant des solutions de manière sympathique et naturelle !

 

 

Le Talent face au défi

Selon le rapport d’Essenscia, les principaux défis à relever dans le cadre du thème  » Talent  » sont les suivants :

  1. Offrir un emploi attrayant, diversifié et dont l’objectif parle aux jeunes talents afin de devenir le  » premier employeur de choix « .

 

  1. Encourager un plus grand nombre de jeunes à suivre une formation et une carrière dans le domaine des STEM (sciences, technologie, ingénierie, mathématiques) en chimie et en sciences de la vie, quels que soient leur sexe, leur origine ethnique ou leur milieu social.

 

  1. Renforcer l’interaction et la coopération entre le monde de l’entreprise et tous les niveaux de l’enseignement par le développement de méthodes d’apprentissage novatrices et un partage d’expérience.

 

  1. Investir dans des carrières durables et dans l’apprentissage continu, en étroite coopération avec des partenaires sociaux et des centres de formation sectoriels.

 

  1. Préparer les employés aux métiers d’avenir en les aidant à acquérir de nouvelles compétences et à appliquer les technologies digitales.

 

 

Le talent abonde chez TCM

Ces objectifs peuvent également être facilement étendus à d’autres secteurs, y compris le nôtre.

1+4. Nous disposons d’un réseau (inter)national important, ce qui nous permet de bénéficier des avantages d’une multinationale sans perdre ceux d’une structure PME. Le contenu du travail peut donc devenir aussi varié que l’employé le souhaite, en fonction de ses compétences.

Chez TCM, les jeunes qui quittent l’école sont chaleureusement accueillis et formés. Nous proposons des formations en internes, des espaces de croissance et soutenons nos employés à suivre des formations externes s’ils le souhaitent. Pour terminer en beauté, 80% de l’équipe belge est composée de talents féminins alors que plus de la moitié des membres de l’équipe de recherche d’Essenscia sont également des femmes. Le secteur du recouvrement est une composante importante d’une économie qui fonctionne bien et qui offre la solution la plus opportune pour les factures impayées, et ce, pour toutes les parties concernées. Les créanciers et les débiteurs ne supportent finalement aucun frais juridiques et la relation client est maintenue. Intéressé de travailler avec nous ? Cliquez ici !

 

2+3. Au fil des années, TCM Belgium a donné l’opportunité à des jobstudents et à des stagiaires de participer à notre activité et d’acquérir de l’expérience. Cliquez ici pour en lire un témoignage.

En outre, les établissements d’enseignement et hautes écoles nous demandent régulièrement de fournir des formations et des conseils tant aux étudiants qu’au personnel administratif et financier. La question de la maîtrise financière a également été abordée lors de la présentation du rapport de durabilité, ce à quoi nous aimerions que le système éducatif accorde plus d’attention. Une partie du problème des factures impayées pourrait être évitée et sinon traitée plus facilement si les consommateurs étaient suffisamment informés quant à leurs droits et obligations financières ainsi qu’au niveau de leur suivi financier administratif. Une discussion constructive ne peut souvent avoir lieu que lorsque les parties maîtrisent les sujets en cause.

 

5. TCM Belgium se veut moderne, y compris dans le domaine du numérique. Au sein de notre secteur, nous sommes à la pointe de l’innovation informatique (cloud computing depuis 2014, plateforme et consultation en ligne protégées, tablettes pour les visiteurs, connexions API, bonne technologie pour faciliter le travail à domicile, …), et encourageons toujours nos employés à proposer des améliorations.

Grâce à ces innovations, nos employés peuvent travailler plus rapidement, en toute transparence, en toute sécurité et tous nos services (inter)nationaux sont en contact permanent les uns avec les autres. L’environnement de travail change régulièrement, non seulement en raison des innovations numériques, mais aussi en raison de la législation (inter)nationale qui est souvent modifiée. À plus petite échelle, nous essayons également de mettre en œuvre des innovations durables dans nos bureaux, comme par exemple un système de filtration d’eau pour éviter les bouteilles en plastique et l’accès à des bornes de recharge électrique pour nos véhicules.

 

 

Qu’avons-nous appris de cet événement ?

 

  1. Que nous agissons de manière plus durable que nous ne le pensions réellement, surtout lorsque nous tenons compte des talents, de notre potentielle croissance et de nos ambitions pour le futur.

J’utilise le titre d’un des conférenciers invité, Toon Wassenberg (Sustainability Expert, Futurehead), qui l’a, à son tour, emprunté à Bill Gates:  » Most people overestimate what they can do in one year and underestimate what they can do in ten years”. Toutes nos innovations et nos ambitions sont principalement axées sur le long terme et nous espérons, ainsi que nos créanciers et nos débiteurs, que nous serons en mesure d’en récolter les fruits à l’avenir. Nous tentons de maitriser le vraisemblable pour gérer l’imprévisible. Comme le dit si bien Niels Bohr : “Prediction is very difficult, especially if it’s about the future.” (Think like a Freak, Steven Levitt, Stephen J. Dubner).

 

 

 

  1. Que nous pouvons encore beaucoup apprendre dans d’autres domaines qui relèvent de la durabilité. “The three hardest words in the English language are ‘I don’t know.’” (Think like a Freak, Steven Levitt, Stephen J. Dubner).

C’est normal de ne pas être capable de toujours fournir une réponse concrète. « Je ne sais pas » est généralement mieux qu’un coup de bluff. Mais bien évidemment, c’est notre ambition, et celle de toute entreprise qui souhaite avoir une longue vie prospère d’opérer de manière la plus durable possible. Les entreprises peuvent avoir la vie éternelle pour autant qu’elles prennent en compte toutes les parties prenantes, ce qui inclut mais ne se limite pas, loin s’en faut, aux actionnaires. Il est nécessaire de redéfinir le rôle social de nos entreprises. Comment pouvons-nous faire plus pour notre environnement ? Beaucoup d’efforts sont nécessaires pour réduire notre empreinte écologique et nous pouvons également mettre encore plus l’accent sur notre rôle social vis-à-vis des débiteurs.

 

  1. Que les gouvernements ont la responsabilité de communiquer, même à long terme, une politique claire.

Il y a encore beaucoup de travail à faire dans notre secteur. La législation est souvent adaptée, encore adaptée, …, mais la logique est parfois perdue quand elle n’est pas testée dans la pratique. Les gouvernements n’ont souvent pas les connaissances nécessaires ou ne sont pas bien informés quant à la situation réelle. Les politiciens sont également très désireux de répondre aux thèmes sensibles et populistes liés au recouvrement de créances, et ne veulent donc pas nécessairement trouver « la meilleure solution ». Voyez par exemple notre article « Le rôle des sociétés de recouvrement dans la lutte contre les dettes d’écoles ».

Une journée de travail inhabituelle

TCM Belgium était présent au lancement du 6ème rapport du développement durable d’Essenscia.

TCM Belgium a assisté à la présentation du 6ème Rapport sur le développement durable d’Essenscia, l’organisation faîtière de l’industrie belge de la chimie, des plastiques et des sciences du vivant. Je vous entends déjà vous demander ce que fait une agence de recouvrement lors d’un tel événement, le lien n’étant en effet pas très clair. TCM Belgium est en fait partenaire d’Essenscia et sponsor de l’événement. Via ce partenariat, les membres d’Essenscia peuvent bénéficier de nos services à un tarif avantageux.

 

Talent = Durabilité

Le rapport sur le développement durable proposé s’articule autour de 4 thèmes et les conclusions qui en sont ressorties peuvent avoir leur utilité pour tout un chacun. Un deuxième lien, moins évident, entre le rapport d’Essencia et TCM est le thème du  » Talent « , un thème auquel TCM Belgium peut s’identifier rapidement. Il est certain que des employés qualifiés et motivés sont importants dans tous les secteurs, mais pour une entreprise de services telle que la nôtre, la survie de l’entreprise dépend des talents qu’elle attire ou qu’elle perd.

Nous avons besoin de personnes qui travaillent de manière indépendante et constructive. Elles doivent avoir les pieds sur terre, une grande empathie pour les différentes situations (celles du créancier et du débiteur) et être également capables de transmettre un message de manière claire et sans équivoque. En d’autres termes, nous recherchons des personnes très débrouillardes, trouvant des solutions de manière sympathique et naturelle !

 

 

Le Talent face au défi

Selon le rapport d’Essenscia, les principaux défis à relever dans le cadre du thème  » Talent  » sont les suivants :

  1. Offrir un emploi attrayant, diversifié et dont l’objectif parle aux jeunes talents afin de devenir le  » premier employeur de choix « .

 

  1. Encourager un plus grand nombre de jeunes à suivre une formation et une carrière dans le domaine des STEM (sciences, technologie, ingénierie, mathématiques) en chimie et en sciences de la vie, quels que soient leur sexe, leur origine ethnique ou leur milieu social.

 

  1. Renforcer l’interaction et la coopération entre le monde de l’entreprise et tous les niveaux de l’enseignement par le développement de méthodes d’apprentissage novatrices et un partage d’expérience.

 

  1. Investir dans des carrières durables et dans l’apprentissage continu, en étroite coopération avec des partenaires sociaux et des centres de formation sectoriels.

 

  1. Préparer les employés aux métiers d’avenir en les aidant à acquérir de nouvelles compétences et à appliquer les technologies digitales.

 

 

Le talent abonde chez TCM

Ces objectifs peuvent également être facilement étendus à d’autres secteurs, y compris le nôtre.

1+4. Nous disposons d’un réseau (inter)national important, ce qui nous permet de bénéficier des avantages d’une multinationale sans perdre ceux d’une structure PME. Le contenu du travail peut donc devenir aussi varié que l’employé le souhaite, en fonction de ses compétences.

Chez TCM, les jeunes qui quittent l’école sont chaleureusement accueillis et formés. Nous proposons des formations en internes, des espaces de croissance et soutenons nos employés à suivre des formations externes s’ils le souhaitent. Pour terminer en beauté, 80% de l’équipe belge est composée de talents féminins alors que plus de la moitié des membres de l’équipe de recherche d’Essenscia sont également des femmes. Le secteur du recouvrement est une composante importante d’une économie qui fonctionne bien et qui offre la solution la plus opportune pour les factures impayées, et ce, pour toutes les parties concernées. Les créanciers et les débiteurs ne supportent finalement aucun frais juridiques et la relation client est maintenue. Intéressé de travailler avec nous ? Cliquez ici !

 

2+3. Au fil des années, TCM Belgium a donné l’opportunité à des jobstudents et à des stagiaires de participer à notre activité et d’acquérir de l’expérience. Cliquez ici pour en lire un témoignage.

En outre, les établissements d’enseignement et hautes écoles nous demandent régulièrement de fournir des formations et des conseils tant aux étudiants qu’au personnel administratif et financier. La question de la maîtrise financière a également été abordée lors de la présentation du rapport de durabilité, ce à quoi nous aimerions que le système éducatif accorde plus d’attention. Une partie du problème des factures impayées pourrait être évitée et sinon traitée plus facilement si les consommateurs étaient suffisamment informés quant à leurs droits et obligations financières ainsi qu’au niveau de leur suivi financier administratif. Une discussion constructive ne peut souvent avoir lieu que lorsque les parties maîtrisent les sujets en cause.

 

5. TCM Belgium se veut moderne, y compris dans le domaine du numérique. Au sein de notre secteur, nous sommes à la pointe de l’innovation informatique (cloud computing depuis 2014, plateforme et consultation en ligne protégées, tablettes pour les visiteurs, connexions API, bonne technologie pour faciliter le travail à domicile, …), et encourageons toujours nos employés à proposer des améliorations.

Grâce à ces innovations, nos employés peuvent travailler plus rapidement, en toute transparence, en toute sécurité et tous nos services (inter)nationaux sont en contact permanent les uns avec les autres. L’environnement de travail change régulièrement, non seulement en raison des innovations numériques, mais aussi en raison de la législation (inter)nationale qui est souvent modifiée. À plus petite échelle, nous essayons également de mettre en œuvre des innovations durables dans nos bureaux, comme par exemple un système de filtration d’eau pour éviter les bouteilles en plastique et l’accès à des bornes de recharge électrique pour nos véhicules.

 

 

Qu’avons-nous appris de cet événement ?

 

  1. Que nous agissons de manière plus durable que nous ne le pensions réellement, surtout lorsque nous tenons compte des talents, de notre potentielle croissance et de nos ambitions pour le futur.

J’utilise le titre d’un des conférenciers invité, Toon Wassenberg (Sustainability Expert, Futurehead), qui l’a, à son tour, emprunté à Bill Gates:  » Most people overestimate what they can do in one year and underestimate what they can do in ten years”. Toutes nos innovations et nos ambitions sont principalement axées sur le long terme et nous espérons, ainsi que nos créanciers et nos débiteurs, que nous serons en mesure d’en récolter les fruits à l’avenir. Nous tentons de maitriser le vraisemblable pour gérer l’imprévisible. Comme le dit si bien Niels Bohr : “Prediction is very difficult, especially if it’s about the future.” (Think like a Freak, Steven Levitt, Stephen J. Dubner).

 

 

 

  1. Que nous pouvons encore beaucoup apprendre dans d’autres domaines qui relèvent de la durabilité. “The three hardest words in the English language are ‘I don’t know.’” (Think like a Freak, Steven Levitt, Stephen J. Dubner).

C’est normal de ne pas être capable de toujours fournir une réponse concrète. « Je ne sais pas » est généralement mieux qu’un coup de bluff. Mais bien évidemment, c’est notre ambition, et celle de toute entreprise qui souhaite avoir une longue vie prospère d’opérer de manière la plus durable possible. Les entreprises peuvent avoir la vie éternelle pour autant qu’elles prennent en compte toutes les parties prenantes, ce qui inclut mais ne se limite pas, loin s’en faut, aux actionnaires. Il est nécessaire de redéfinir le rôle social de nos entreprises. Comment pouvons-nous faire plus pour notre environnement ? Beaucoup d’efforts sont nécessaires pour réduire notre empreinte écologique et nous pouvons également mettre encore plus l’accent sur notre rôle social vis-à-vis des débiteurs.

 

  1. Que les gouvernements ont la responsabilité de communiquer, même à long terme, une politique claire.

Il y a encore beaucoup de travail à faire dans notre secteur. La législation est souvent adaptée, encore adaptée, …, mais la logique est parfois perdue quand elle n’est pas testée dans la pratique. Les gouvernements n’ont souvent pas les connaissances nécessaires ou ne sont pas bien informés quant à la situation réelle. Les politiciens sont également très désireux de répondre aux thèmes sensibles et populistes liés au recouvrement de créances, et ne veulent donc pas nécessairement trouver « la meilleure solution ». Voyez par exemple notre article « Le rôle des sociétés de recouvrement dans la lutte contre les dettes d’écoles ».

News