Partenariat 1616 Belgium et TCM

Partenariat 1616 Belgium et TCM

1616.be a construit un impressionnant réseau d’entrepreneurs belges qualifiés qui s’occupent de travaux de rénovation et de construction.

SUITE DE L’INTERVIEW DE JOLIEN, JEUNE JURISTE CREDIT CONTROLLER (2)

Jolien Caes, jeune diplômée en droit récemment engagée par TCM Belgium nous donnait ses premières impressions dans l’interview précédent. Dans cette seconde partie, elle parle de son sentiment par rapport à la dette, le travail de recouvrement et ses aspirations personnelles.

 

Jolien Lawyer TCM 2

 

  • Quelle est ton opinion des débiteurs ? As-tu peur de t’endetter toi-même ? Es-tu économe ? As-tu des conseils pour économiser ? A quoi préfères-tu dépenser ton argent ?

 

Je pensais que les personnes endettées ne pouvaient pas payer simplement parce qu’elles n’en avaient pas les moyens. Mon point de vue est maintenant un peu plus nuancé. Je remarque qu’il y parfois un blocage de principe. Heureusement, je n’ai pas encore eu de dossier de personnes surendettées. Je suis plus à l’aise pour traiter les cas où c’est plus une question d’obstination que de moyens. Mais bien sûr, je ne fais que commencer, et je prends en compte le fait que certaines personnes préfèrent peut-être aussi suggérer, par fierté, qu’ils peuvent mais ne veulent pas payer.

Le mot débiteur a une connotation négative, mais je n’oublie pas que ce sont avant tout des personnes, comme moi et vous, et qu’elles sont généralement soulagées lorsqu’une solution est trouvée. Dans l’immédiat, mes collègues et moi sommes une sorte d’épouvantail, mais à moyen terme, nous sommes ceux qui leur offrent une issue, de sorte que quelques dettes ne se transforment pas en montagne de dettes.

N’importe qui peut devenir débiteur, par exemple à la suite de problèmes de santé. La « faute » n’est pas nécessairement où on le croit. La pauvreté, par exemple, me semble malheureusement être un cercle vicieux auquel il est difficile d’échapper. Cela dépend aussi beaucoup de ce que vous avez vu et vécu vous-même à la maison.

C’est pourquoi j’ai toujours été très prudente avec l’argent moi-même : j’ai toujours été une épargnante, par peur de m’endetter. J’aimerais aussi acheter ma propre maison à terme. Epargner est une attitude qui contribue à ce but. Je me restreins, par exemple, sur les restaurants, même si j’aime manger 😊.  Mais je dépense plus facilement pour des voyages ou des activités entre amis (le virus m’aide à économiser sur ce point !). Je ne suis heureusement pas trop sensible au confort. Si je veux acheter quelque chose, je m’oblige à y réfléchir longuement. Je ne suis pas une acheteuse impulsive. Parfois, je me donne une semaine ou plus pour décider d’acheter ou non.

 

  • Vois-tu des similitudes entre le travail des agents de recouvrement / avocats / huissiers ?

 

Je vois certainement des similitudes. En fin de compte, les deux ont pour but de recouvrer les factures impayées des créanciers. L’objectif final est donc le même, mais je vois que la manière est différente.

Nous recherchons une solution amiable, avec des coûts minimes. Les frais sont de toute façon plus élevés via les avocats et les huissiers, surtout pour les débiteurs. Chez nous, il est « minuit moins cinq », tandis qu’avec les avocats et des huissiers, il est déjà souvent passé minuit.

Le coût pour le débiteur est, chez nous, limité aux frais et intérêts selon les conditions de ventes du créancier ou la loi. Par la suite, ceux-ci augmenteront avec l’intervention d’autres partenaires et leurs procédures juridiques.

 

  • Quelle a été ta matière préférée lors de tes études de droit et de gestion ?

 

C’était le droit de l’indemnisation. Cela ne semble pas excitant pour tout le monde, mais la responsabilité non contractuelle me passionnait. J’adore détricoter les situations où les deux parties doivent défendre leur version ! Il faut dire que je vois maintenant des similitudes avec les cas des créanciers et des débiteurs.

Au cours de mes études de gestion, j’ai suivi le cours sur les « people building blocks ». C’est une matière liée aux RH, qui vous apprend à guider une équipe et à motiver les gens. On ne motive pas les gens uniquement avec de l’argent, mais aussi avec de la reconnaissance. Reconnaissance de votre travail, gagner le respect de ce que vous faites. Une appréciation spontanée au sujet de votre travail fait bien plus qu’un bonus. Un bon salaire est bien sûr nécessaire, mais ce petit plus, c’est le respect et la reconnaissance, pas une prime. Sentir que vous ajoutez de la valeur à l’entreprise. Cela fonctionne pour toutes les situations. Je soupçonne que les débiteurs sont également sensibles à la reconnaissance de leur situation.

 

  • Quelle est ta devise préférée dans la vie ?

 

Être « à l’aise » est un mode de vie apprécié des Français (comme je l’ai perçu lors de mon Erasmus à Lyon), mais je ne peux pas dire que je c’est ce qui me branche le plus.

J’essaye de traiter les gens comme je veux être moi-même traité. Ce principe est presque ma devise dans la vie, je pense. J’essaie toujours d’être correcte avec tout le monde, mais je garde mes propres limites. Etendre ces limites a été et reste mon chemin de développement.

 

 

Merci Jolien !

 

Des questions ?  Contactez-nous !

SUITE DE L’INTERVIEW DE JOLIEN, JEUNE JURISTE CREDIT CONTROLLER (2)

Jolien Caes, jeune diplômée en droit récemment engagée par TCM Belgium nous donnait ses premières impressions dans l’interview précédent. Dans cette seconde partie, elle parle de son sentiment par rapport à la dette, le travail de recouvrement et ses aspirations personnelles.

 

Jolien Lawyer TCM 2

 

  • Quelle est ton opinion des débiteurs ? As-tu peur de t’endetter toi-même ? Es-tu économe ? As-tu des conseils pour économiser ? A quoi préfères-tu dépenser ton argent ?

 

Je pensais que les personnes endettées ne pouvaient pas payer simplement parce qu’elles n’en avaient pas les moyens. Mon point de vue est maintenant un peu plus nuancé. Je remarque qu’il y parfois un blocage de principe. Heureusement, je n’ai pas encore eu de dossier de personnes surendettées. Je suis plus à l’aise pour traiter les cas où c’est plus une question d’obstination que de moyens. Mais bien sûr, je ne fais que commencer, et je prends en compte le fait que certaines personnes préfèrent peut-être aussi suggérer, par fierté, qu’ils peuvent mais ne veulent pas payer.

Le mot débiteur a une connotation négative, mais je n’oublie pas que ce sont avant tout des personnes, comme moi et vous, et qu’elles sont généralement soulagées lorsqu’une solution est trouvée. Dans l’immédiat, mes collègues et moi sommes une sorte d’épouvantail, mais à moyen terme, nous sommes ceux qui leur offrent une issue, de sorte que quelques dettes ne se transforment pas en montagne de dettes.

N’importe qui peut devenir débiteur, par exemple à la suite de problèmes de santé. La « faute » n’est pas nécessairement où on le croit. La pauvreté, par exemple, me semble malheureusement être un cercle vicieux auquel il est difficile d’échapper. Cela dépend aussi beaucoup de ce que vous avez vu et vécu vous-même à la maison.

C’est pourquoi j’ai toujours été très prudente avec l’argent moi-même : j’ai toujours été une épargnante, par peur de m’endetter. J’aimerais aussi acheter ma propre maison à terme. Epargner est une attitude qui contribue à ce but. Je me restreins, par exemple, sur les restaurants, même si j’aime manger 😊.  Mais je dépense plus facilement pour des voyages ou des activités entre amis (le virus m’aide à économiser sur ce point !). Je ne suis heureusement pas trop sensible au confort. Si je veux acheter quelque chose, je m’oblige à y réfléchir longuement. Je ne suis pas une acheteuse impulsive. Parfois, je me donne une semaine ou plus pour décider d’acheter ou non.

 

  • Vois-tu des similitudes entre le travail des agents de recouvrement / avocats / huissiers ?

 

Je vois certainement des similitudes. En fin de compte, les deux ont pour but de recouvrer les factures impayées des créanciers. L’objectif final est donc le même, mais je vois que la manière est différente.

Nous recherchons une solution amiable, avec des coûts minimes. Les frais sont de toute façon plus élevés via les avocats et les huissiers, surtout pour les débiteurs. Chez nous, il est « minuit moins cinq », tandis qu’avec les avocats et des huissiers, il est déjà souvent passé minuit.

Le coût pour le débiteur est, chez nous, limité aux frais et intérêts selon les conditions de ventes du créancier ou la loi. Par la suite, ceux-ci augmenteront avec l’intervention d’autres partenaires et leurs procédures juridiques.

 

  • Quelle a été ta matière préférée lors de tes études de droit et de gestion ?

 

C’était le droit de l’indemnisation. Cela ne semble pas excitant pour tout le monde, mais la responsabilité non contractuelle me passionnait. J’adore détricoter les situations où les deux parties doivent défendre leur version ! Il faut dire que je vois maintenant des similitudes avec les cas des créanciers et des débiteurs.

Au cours de mes études de gestion, j’ai suivi le cours sur les « people building blocks ». C’est une matière liée aux RH, qui vous apprend à guider une équipe et à motiver les gens. On ne motive pas les gens uniquement avec de l’argent, mais aussi avec de la reconnaissance. Reconnaissance de votre travail, gagner le respect de ce que vous faites. Une appréciation spontanée au sujet de votre travail fait bien plus qu’un bonus. Un bon salaire est bien sûr nécessaire, mais ce petit plus, c’est le respect et la reconnaissance, pas une prime. Sentir que vous ajoutez de la valeur à l’entreprise. Cela fonctionne pour toutes les situations. Je soupçonne que les débiteurs sont également sensibles à la reconnaissance de leur situation.

 

  • Quelle est ta devise préférée dans la vie ?

 

Être « à l’aise » est un mode de vie apprécié des Français (comme je l’ai perçu lors de mon Erasmus à Lyon), mais je ne peux pas dire que je c’est ce qui me branche le plus.

J’essaye de traiter les gens comme je veux être moi-même traité. Ce principe est presque ma devise dans la vie, je pense. J’essaie toujours d’être correcte avec tout le monde, mais je garde mes propres limites. Etendre ces limites a été et reste mon chemin de développement.

 

 

Merci Jolien !

 

Des questions ?  Contactez-nous !

Partenariat 1616 Belgium et TCM

Partenariat 1616 Belgium et TCM

1616.be a construit un impressionnant réseau d’entrepreneurs belges qualifiés qui s’occupent de travaux de rénovation et de construction.

N’attendez plus un instant, récupérez votre argent.

Concentrez-vous sur votre business, nous nous chargeons de vos impayés. Contactez-nous pour en savoir plus.

N’attendez plus un instant, récupérez votre argent.

Concentrez-vous sur votre business, nous nous chargeons de vos impayés. Contactez-nous pour en savoir plus.